Home  /  Inspirations   /  Expressions du Sud qui sentent Bon la Provence…
Marcel Pagnol, La partie de carte de Marius

Expressions du Sud qui sentent Bon la Provence…

Expressions du Sud et de Marseille. Profitez de votre temps libre pour apprendre à parler comme en Provence… « Avé l’accent !», grâce à  YES I CAMP!

A comme …

Arapède : Personne collante, qui s’accroche. (C’est un coquillage accroché aux rochers)

« Ce joueur ? Il s’accroche sur tous les points. C’est une vraie arapède. »

Aix : « Avoir le cul comme la Porte d’Aix » : Avoir beaucoup de chance ou avoir un postérieur avantageux…

Anchois : Etre esquiché comme des anchois : être serré.

B comme…

Balthazar : « Au hasard Balthazar ! » : Le sort en est jeté.

Bonne mère : « Oh bonne mère ! » : Oh pétard ! Oh purée ! En hommage à la Bonne-Mère (Notre-Dame de la Garde) qui veille sur tous les marseillais.

Bader : signifie regarder bouche bée, aimer, adorer, admirer.

« Cette fille, elle te bade. »

Boudie ou boudiou : Employé pour « Bon Dieu ! » « Boudiou que tu as grandi !” »

C comme …

Cacou : Frimeur, fanfaron – « Ô pitchoun, arrête un peu de faire le cacou ! »

Cafi : plein « Lui, il est cafi de pognons ! »

Con : Ponctue souvent la fin de la phrase : « Hier j’ai fait une de ces sieste, con ! »  « Cette journée, je m’en souviens encore, con ! »

Coquin (de sort) : exprime la surprise, le désarroi : « Ô coquin de sort, tu n’as pas acheté le pain ce matin ! »

Couillon : Imbécile, idiot – « Quand on fera voler les couillons, tu seras chef d’escadrille ! »

Cambouler (transporter) quelqu’un sur son vélo, son scooter ou sa moto. « Tu me camboules ? »

Cagole : (péjoratif) c’est une fille qui en fait trop, au look très voyant, une « bimbo ». Le mot est aussi employé dans le langage courant pour dire idiote, écervelée.

Capeù : c’est un chapeau et se prononce “capéou”, avec l’accent !

Devenir chèvre ou rendre chèvre : devenir folle ou tourner en bourrique : « Arrête de cracher les noyaux d’olives, ça me rend chèvre !»

Se choper : s’attraper, se faire attraper ou aussi, discuter et en venir aux mains. « Je me suis fait choper par la police » ; « Il m’a énervé et on s’est chopé »

Cagnard : Soleil d’été très chaud, très grosse chaleur. « Attention, au cagnard du mois d’août, chez nous ! »

Collègue : en Provence, un collègue c’est un ami. « Oh ! collègue, tu viens pour l’apéro ! »

D comme…

Dépéguer (se) : se sortir d’une situation délicate, ennuyeuse. « Excuse le retard, je n’ai pas pu me dépéguer de mon patron ! ».

Dégun : signifie qu’il n’y a personne.  « Il y avait dégun au Vélodrome ce soir ! »

Le contraire étant cafi « C’est cafi d’estivants, ici ! »

Douiller : coûter cher.

« Le restau. Ça douille ! Je préfère la pizzeria ! »

E comme …

Emboucaner : L’expression « emboucaner » signifie déranger, enquiquiner, prendre la tête : « Il m’a emboucané toute la journée avec ses problèmes de voiture ».

Empéguer : C’est avoir des problèmes difficiles à surmonter « Il est empégué dans une drôle affaire », ou bien, qu’on a eu un PV par la police « Je me suis fait empéguer », ou encore, qu’on est saoul « Hier soir, avec ton Pastaga, on s’est empégué grave ! ».

Ensuqué : Qui est lent à comprendre et qui ne réagit pas rapidement mais aussi qui est assommé par la chaleur, endormi – « Vé, il y a l’autre ensuqué qui est encore dans sa chaise longue ! »

Esquichés : Serrés comme des sardines – « Regarde-moi tous ces fadas d’estivants esquichés comme des sardines »

Escagasser : Abîmer « Ne m’escagassez pas mes lavandes avec votre ballon ! », ou bien aussi, dans le sens d’embêter « Tu m’escagasses, laisse-moi tranquille !», ou encore dans le sens de fatiguer, éreinter « Cette pétanque, elle m’a escagassé ! ». Et aussi agacer, fatiguer « Cette musique elle m’escagasse. »

F comme …

Fada (être) désigne quelqu’un d’idiot, de fou, de dérangé « Il est fada de porter un capeu comme ça ! » ;

Également utilisé comme ponctuation en début de phrase « Ô fada ! Qu’est-ce que qu’il pleut fort ! » ;« T’es fada toi ou quoi ? Reste à l’abri, il y a de l’orage »

Fan : Diminutif de : enfant. Sert d’interjection dans toutes sortes de situations : la joie, la peine, la stupéfaction, le désarroi, et bien d’autres termes. « Fan de pieds ! fan de chichourle ! ; fan de chichoune »

Fanny : ne faire aucun point à la pétanque. « Fanny paye à boire » : celui qui ne marque aucun point, paie la tournée aux autres !

Farigoule ou farigoulette : Thym. Fait partie des « Herbes de Provence »

“Un peu de farigoule, ça donne un petit goût de Provence à vos plats.”

Fatche : Figure, face équivalant à « Fan ». Très souvent utilisé dans la forme « Fatche de », elle-même simplifiée en « Atchedeu » ou encore « Tchedeu » : « Fatchede, elle est super ta bagnole !  « Fatche de con » variante plus vulgaire.

Fatigué : dans le sud on n’est jamais malade, on est « fatigué » ; « Marius, il est fatigué en ce moment, il devrait aller voir le docteur. » Mais aussi « fatigue un peu la salade ! » signifie « mélange un peu la salade ! »

G comme …

Galéjade : Histoire inventée ou exagérée que l’on veut faire croire à son auditoire. Plaisanterie provençale que l’on raconte pour s’amuser aux dépens de quelqu’un.

Galéger Dire des galéjades « Tu galèjes, tu galèjes …, la sardine n’a pas bouché le port de Marseille ! »

Faire le gobi 🙁petit poisson aux yeux globuleux) Attendre la bouche ouverte « Arrête un peu de faire le gobi et viens m’aider. » Etre naÏf : « Tu m’as pris pour un gobi »

Gàrri : terme de tendresse et d’affection destiné aux enfants ou familièrement entre adultes avec une nuance amicale : « Oh gàrri, qu’est-ce que tu fais là ? ».  Oh mon garri, quoi de neuf ?

H comme …

Hè bé ! Interjection provençale. « Hè » est la traduction du « hein » français. « Tu m’entends hé ? » ;« Hè bé ! » est une expression signifie « ah bah ça ! » ; « ah bah tiens donc !»

« Il ne t’a pas encore épousée ? Hè bé ! Qu’est-ce qu’il attend celui-là ! »

Honte : S’utilise à la place de : timidité, mais aussi mettre mal à l’aise.

« Oh, tu ne portes pas ça, c’est moche. Tu me mets la honte, là !»

I comme…

Inquiète (t’) : L’expression verbale « t’inquiète », correspond au français : dis-toi bien que…quand on veut exprimer une mise en garde, un avertissement. « Il ne veut plus te voir ? T’inquiète que dans moins de deux jours, il te rappelle ! »

J comme…

Jambon : Nouveau riche qui le montre aussi. “Au bahut Henri IV, il n’y a que des jambons”

Prendre pour un jambon, pour un idiot : « Arrête de me prendre pour un jambon ! »

Le jaune, le pastaga : Le pastis – « Patron, remets-nous un jaune, c’est ma tournée »

K comme …

Kéké ou cacou : Quelqu’un qui fait le beau, le fanfaron ; « Qué kéké, celui-là ! »

Kyrielle : Il s’utilise pour exprimer un grand nombre, synonyme du mot féminin palanquée :

« Hier soir, on s’est pris une kyrielle de buts… »

 L comme…

Se languir : attendre avec impatience. « Je me languis samedi soir ! »

Limonade : pas seulement la boisson gazeuse. Une sale limonade, c’est une sale affaire. « Evite ce coin le soir, tu risques de te retrouver dans une sale limonade. »

Mots et Expressions du Sud de la France

M comme …

Mariole : Malin « Ne fais pas le mariole, tu vas te faire mal »

Marque mal : « ça marque mal » : avoir une attitude ou une tenue inappropriée, ridicule. « Ne parle pas comme ça en public : ça marque mal ! »

Marronner : rouspéter, ronchonner, bisquer, narguer, faire envie. “Arrête de me faire marronner avec ta glace au chocolat !”.

Mèfi

Cette interjection provençale fait partie des plus utilisées. Elle remplace l’impératif :  Attention !  « Mèfi sur la route, il y a du monde aujourd’hui ! »

N comme…

Nouilles : Avoir le cul bordé de nouilles :  Avoir de la chance.

Niaï : Abruti, niais. « Arrête de faire le niaï ! »

O comme

Oaï : pagaille, désordre ; « Ils sont venus à la soirée juste pour mettre le oaï, »

Œil (tomber un), (coûter un) : Expression exprimant la rareté ou un prix exorbitant. « Ça m’a coûté un œil ce vase, fais attention de ne pas le faire tomber »

Olives : changer l’eau des olives c’est uriner ! « Allez, viens, on va changer l’eau des olives, on a de la route après ».

Oursins : Avoir des oursins dans les poches : Être avare ; « Lui, il a des oursins dans la poche, il ne paie jamais une tournée »

P comme …

Pastaga : pastis

Et Patin coufin… : pour abréger une énumération, une histoire : etc, etc, ceci, cela… « Elle m’a raconté toute sa vie, ses voyages, ses amours et patin coufin… »

Péguer Le verbe « péguer » veut dire « coller » tout simplement, d’où le dérivé avec l’adjectif « pégueux ».

« Je ne t’embrasse pas, je transpire, je suis tout pégueux. »

Pécaïre ou Peuchère : le pauvre ! qui exprime la compassion. « Il est fatigué, peuchère ! ».

Pigne : une pigne de pin est une pomme de pin. : « Ramasse quelques pignes pour le barbecue » Ce peut être aussi la colère : « Arrête de m’escagasser, tu me fais attraper la pigne ! »

Pénible : une personne pénible est une personne difficile à vivre. « Elle est pénible avec lui, il va vite en avoir marre ».

Pieds carrés : Avoir les pieds carrés. Maladroit, mauvais joueur de football. « Il faut le virer ce toquard, il a les pieds carrés ».

Pitchouns : Pitchouns ou pitchounets / pitchounettes : les enfants.

« Ce pitchoun, c’est son père tout craché »

Poche : un sachet en plastique ou en papier (courses)

« Vous voulez une poche pour vos tomates ? »

Q comme…

Qué : Interjection très fréquente utilisée dans presque toutes les phrases. Peut vouloir dire « n’est-ce pas » comme dans cet exemple : « Tu me les prêteras, les 50 € que je t’ai demandé, qué ? »

Et en tête de phrase, un rien menaçant : « Qué ! Tu dis, tu m’as remboursé ? Réfléchis bien ! »

C’est aussi « alors » en français : « Qué! comment ça ! ».

R comme…

Ravi : Le ravi, le simplet, le naïf. « Regarde-le-moi, il est toujours content, tè, vè, on dirait le Ravi ».

Rouste : fessée, raclée. « Arrête, ou tu vas prendre une rouste ! »

T comme…

: du verbe provençal téni, tenir. Utilisé en début de phrase :

« Té, il n’est pas encore parti ? » ;« Té vé, j’avais raison, il a acheté un nouveau vélo »

Tromblon : fille pas très gracieuse, pas jolie. « C’est un vrai tromblon ! »

V comme…

: Regarde. Souvent associé à « Té ». « Té vé, le voilà ce couillon, con, il est encore en retard »

Vé : Est utilisé comme interjection : « Vé, il arrive ! »

Viander (se) : Se faire très mal, se tromper, tomber.

« Je me suis viandé à vélo » ; « Désolé, je me suis viandé dans les comptes »

W comme…

Wagon : tas, amas, grand nombre. « On a fait un wagon d’oursins, on va se régaler ! »

Z comme…

: Diminutif de Joseph, utilisé pour aborder ou interpeller quelqu’un « Oh zé, qu’est-ce que tu fais là ? ».

DutchEnglishFrenchGermanItalianSpanish